Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Epaidf.fr | 25 novembre 2017

Scroll to top

Top

Areva - Le Creusot: Plusieurs anomalies ressemblent à des dégâts - Epaidf.fr

Marc
  • Le 25 octobre 2016

Plusieurs défauts identifiés dans les dossiers de fabrications de pièces nucléaires façonnées à l’usine d’Areva au Creusot ressemblent à des « faussetés », a déclaré mardi le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), conseillant de trouver des solutions sur le procédé de contrôle du secteur.

« Il existe des méthodes sur lesquelles, il ne faut pas être évasif dans ce dossier : c’est le fait de ne pas vouloir avertir son client où à l’autorité de sûreté qui en est responsable. L’autre fait, c’est qu’il ya plusieurs documents qui ressemblent à des altérations » a lancé Pierre-Franck Chevet au cours d’une audition face à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

Un autre membre de l’ASN a surtout parlé du dossier portant sur un générateur de vapeur de l’EPR dont la construction n’est pas encore achevée à Flamanville lieu où il est forgé, selon les normes alors qu’en réalité c’est tout à fait différent.

« Tous les dossiers reçus par l’ASN jusqu’au mois de juillet ne dévoilaient aucune anomalie. On y voit que la réalisation du chutage a été fait à 23%, quand on sait que celui-ci n’a été fait qu’à hauteur de 10% en réalité » a lancé Rémy Catteau, directeur des équipements sous pression nucléaires.

Areva a prit la décision de contrôler tous les 9000 dossiers de fabrication du Creusot après avoir détecté des anomalies dans le suivi des processus de fabrication de pièces importantes façonnées qui équipent surtout les usines nucléaires d’EDF.

Au départ ce contrôle ne portait que sur 400 dossiers où des anomalies avaient été identifiées portant sur « des chambardements, des changements ou des oublis ». Et à ce sujet, L’ASN n’avait reçu aucune information sur ces anomalies, même pas EDF qui gère les installations nucléaires françaises.

Pierre-Franck Chevet indique que ces défaillances doivent mener à une revue de toute la chaine de suivi du domaine du nucléaire.

«Les services de contrôles internes d’Areva sur le Creusot ou Ceux de notre organisation ou encore ceux d’EDF n’ont remarqué les détériorations. Je doute fort que nos dispositifs ne soient en capacité de voir ces défauts et ces méthodes » prévient- t-il.

« Il faut voir comment on utilise les différents modèles de notre contrôle, car il existe certainement des tromperies ».