Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Epaidf.fr | 25 novembre 2017

Scroll to top

Top

Le patrimoine des français valorisé par l’immobilier - Epaidf.fr

Marc
  • Le 30 décembre 2016

Grâce à l’enquête menée par la Banque de France sur le patrimoine des ménages on peut savoir qu’il existe des différences entre les ménages européens.

Le patrimoine français

Les ménages français auraient une richesse moyenne de 243 100 euros et ce montant compte pour l’année 2014, comme l’indique l’étude de la Banque de France. Une moyenne légèrement supérieure à celle de l’Allemagne, l’Espagne mais aussi l’Italie.

Ce patrimoine est l’équivalent de tous les actifs réels comme les avoirs professionnels, les logements, les actions non cotées, mais vous avez aussi les actifs financiers que possèdent les ménages » d’après les explications de la Banque de France.

En Allemagne, le patrimoine français est de 214 300 euros. En Espagne il est de 234 200 euros, et le patrimoine italien est de 226 400 euros, d’après les données de la Banque de France et de la Banque centrale Européenne (HFCS).

Toutefois, le niveau de patrimoine entre les riches et les moins riches, se trouve en deçà de ces niveaux. Dans ce cas, c’est l’Italie qui est gagnante avec 146 200 euros, ensuite vient la péninsule ibérique qui se distingue avec 120 300 euros, l’Hexagone se retrouve avec 113 300 euros et l’Allemagne à 60 800 euros. « Les différences entre pays représentent les intervalles de structures démographiques, mais aussi des modes selon lesquels le patrimoine a été acquis », note la BdF.

La question du taux

Dans ce cas, c’est l’Espagne qui est la première, car dans ce pays, les ménages sont les plus nombreux à posséder une résidence principale (83,1%). Une grande partie des italiens et de français possèdent une résidence principale (68,2%) et (58,7%). Mais au contraire, moins de 50% des allemands sont propriétaires d’une résidence principale soit un taux de 44,3%.

Régression du taux immobilier sur l’ensemble de l’Europe

En Europe, le coût d’un emprunt a baissé de façon drastique comme l’indique le Crédit Foncier réduisant par la même occasion le pouvoir d’achat des ménages européens depuis la crise de 2008.