Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Epaidf.fr | 21 septembre 2017

Scroll to top

Top

Faux sites de trading : les victimes s’attaquent aux banques - Epaidf.fr

Maeva

Quand on a été escroqué sur un faux site de trading, il est souvent difficile de se faire rembourser, car le processus est assez complexe et rempli d’obstacles, comme en témoigne, ce monsieur, appelé Jean-Claude qui en fait les frais.

Quand ses parents sont décédés, cela fait cinq ans, Jean-Claude C a hérité d’un patrimoine immobilier valant presque 400 000 euros. Ce dernier décide de le vendre et veut le placer pour obtenir un rendement performant.

Au bout de quelques tests assez convaincants, il est approché par la société 4XP, qui l’invite à investir sur le marché des devises, le Forex. Il sera alors guidé par deux conseillers en investissement dans ses activités. Sauf que pendant ces démarches, les pertes seront importantes, car au fur et à mesure qu’il investir, JC ne fait que perdre de l’argent, alors que la société lui explique que ces pertes seront comblées par des bonus.

La société lui demande ensuite, de laisser deux robots effectué le travail, l’un des deux perd la somme donnée et le second lui rapporter de l’argent. Ensuite, il demande qu’on lui remette l’argent, mais la société lui explique que cela est impossible.

Paradis fiscaux

En deux ans, Jean-Claude a perdu presque 300 000 euros. Et ne s’en est aperçu qu’en 2013, car ayant été escroqué par un faux site de trading. C’est alors qu’il décide d’ester en justice la société 4XP à la brigade financière et exige que son argent lui soit restitué.

Actuellement, la procédure est en cours d’achèvement et devrait aboutir vers un procès qui se tiendra au tribunal de grande instance de Paris en 2017.

Mais le temps presse pour Jean-Claude C., 75 ans aujourd’hui, dont la retraite de fonctionnaire du service public ne permet pas de subvenir à ses besoins. De plus, l’homme âgé de 75 ans est retraité et il doit rentrer dans ses fonds, car ses moyens actuels ne lui permettent pas de subvenir à ses besoins. D’autre part, il est expliqué que ces montants sont placés dans les paradis fiscaux une fois qu’ils sont passés par un compte temporaire d’une banque normale et fermé ensuite. Il a également traduit en justice, la Commerzbank la seconde banque d’Allemagne, dans laquelle, l’État est actionnaire. Pour l’instant, la Commerzbank ne lui a pas remis son argent dérobé. C’est alors qu’il a pris la décision de porter plainte au président de la Commerzbank pour espérer toucher son argent.